“Une cuve de Gaz nommée Mezzavia”

Construit en un temps record au début de l’été 1960, le stade de Mezzavia (qui signifie à mi-route) situé à la sortie nord d’Ajaccio au cœur de la zone commerciale et industrielle de la cité impériale, est le fruit d’une œuvre collective réalisée par les travailleurs électriciens et gaziers, mais aussi de tous les supporters du GFCA (fruit d’une fusion le 25 mars 1960 entre un club civil et populaire le FCA et un autre d’entreprise le Gazélec Corse Club) qui, bénévolement, unirent leurs efforts pour doter le club d’une structure capable d’accueillir le public dans de bonnes conditions. « Ce sont nos joueurs avec en tête leur entraîneur Pierre Cahuzac qui ont dressé les grillages, aménagé et peint les vestiaires, planté et entretenu la pelouse. Ce stade c’est notre maison, notre œuvre. Celle d’une vraie famille » soulignait régulièrement et avec une certaine fierté son président fondateur Ange Casanova. Composé d’une tribune couverte, il se singularise par son virage imposant mais aussi par sa tribune populaire côté route où, jusqu’en 1999 ses plus fidèles et turbulents supporters prirent place en donnant naissance à la première association officielle de supporters en Corse le CR 90. Situé à six
kilomètres du centre ville sur ce qui jadis était une colline où l’on cultivait la vigne (sans doute la raison pour laquelle, il y eut longtemps une différence d’un mètre de niveau dans la sens de la largeur), il fut le plus petit stade France à posséder son éclairage (avec des conduites de Gaz – encore visibles aujourd’hui – qui furent tout bonnement soudées). C’est le 27 août 1961 que l’enceinte accueillit la première rencontre de CFA. Face au CS Cuiseaux, les Diables Rouges concédèrent certes le nul (0-0), mais démontrèrent par la suite que repartir victorieux de leur chaudron relevait non pas de l’exploit mais du miracle. Ils vont en définitive y dicter leur loi pendant sept années, au sein d’un groupe sud-est ravi à cinq reprises. Dans un antre craint où se presse à chaque journée un public nombreux (4000 en moyenne), bruyant et coloré (emmené par une fanfare qui sonne la charge et n’hésite pas à jouer avant le départ des visiteurs la cérémonie aux morts, mais aussi un canon à carbure et les traditionnels pétards), ils inscriront la bagatelle de 231 buts soit une moyenne de 2,8 par match, donnant très vite à leur  stade de Mezzavia des allures de forteresse quasiment imprenable. Seuls Vichy 0-1 (la hasard voulu que le but soit inscrit par un insulaire répondant au nom de Paladini) lors de la saison 62/63, Annecy 0-2 l’année suivante et Avignon 1-2 en 64/65, parviendront à s’y imposer à l’issue des quatre vingt-deux matches disputés. Ce dernier étant émaillé d’un incident (l’arbitre Mr Blum étant poursuivi et agressé à l’aéroport) provocant la fameuse « table de Montélimar » visant par le biais d’une motion instiguée par le président vauclusien Honoré Lemaire, à entraîner l’ensemble des clubs continentaux à ne plus se rendre en Corse. Sur une pelouse qu’un prêtre contacté par Jean Jean Spinosi véritable cheville ouvrière du club, n’hésita pas à bénir à deux reprises (la seconde fois il officia devant les filets), le GFCA va également écrire la première grande page de son histoire en Coupe de France. Après avoir éliminé (comme toujours en Coupe) son grand rival l’AC. Ajaccio en finale départementale (1-0) puis Miramas (2-0), il réussit le tour de force en décembre 1961 de sortir les professionnels de l’AS Cannes grâce à un but de Angeot Alfonsi lors de la prolongation. Cette victoire lui permet d’être la première équipe insulaire à atteindre le stade des 32es de finale. Le 4 juin 1963, c’est aussi en terrassant l’ogre Quevilly (4-0 devant 8000 spectateurs) qu’il s’ouvrira les portes du premier de ses quatre titres nationaux, remporté trois semaines plus tard à Versailles face à Brest (6-1). Le mythe du GFCA était définitivement né. Celui de son stade auquel il reste attaché aussi.

Repères

Propriétaire : CCAS de Corse (depuis juin 2012, le club dispose d’un bail emphytéotique de quinze ans).

Depuis le 16 juillet 1994 (match amical contre le Sporting club de Bastia), l’enceinte porte le nom d’Ange Casanova (décédé le 24 mars 1998) président fondateur du GFCA.

Capacité 8000 places dont 6000 assises (réduite à 4050 pour raisons de sécurité) puis depuis 2012, à 2700 en raison des travaux de rénovation obligatoire pour répondre aux normes imposées par la Ligue professionnelle de football.

Record d’affluence : 9682 spectateurs payants lors de la venue de l’Olympique de Marseille, le 20 mars 1990 en 16es de finale de la Coupe de France.

Bon à savoir

7 ballons d’or ont joué à Mezzavia :
– Kopa match amical avec Reims, il choisit d’évoluer sous les couleurs du GFCA (septembre 1967)
– Yachine match amical avec Moscou (octobre 1967).
– Gullit match amical avec Eindhoven (février 1987).
– Zidane Coupe de France avec Cannes (avril 1991).
– Weah D3 avec Monaco (auteur d’un but août 1988) et Coupe 1/4 finale (avril 1992).
– Papin en Coupe avec l’OM (mars 1990).
– Baggio en match amical avec la Juventus contre sélection corse (août 1992).

11 champions du monde de l’équipe de France 1998 :
– Blanc avec Montpellier en D2 (octobre 1986).
– Thuram avec Monaco en Coupe (avril 1992).
– Petit avec Monaco en Coupe (avril 1992).
– Djorkaeff avec Monaco en Coupe (avril 1992) et Strasbourg en D2 (avril 1990).
– Zidane en Coupe de France avec Cannes (avril 1991).
– Deschamps en Coupe de France avec l’OM (mars 1990).
– Leboeuf avec Strasbourg en D2 (avril 1992).
– Lizarazu avec Bordeaux en D2 (novembre 1991).
– Dugarry avec Bordeaux en D2 (novembre 1991).
– Boghossian avec l’OM en D3 (février 1990).
– Jacquet (coach) avec Saint-Etienne en CFA (saison 65/66).

Plan d’accès soirs de match

plan-acces-site

Stationnement des véhicules aux abords de l’enceinte :

VIP -> Accès au Parking réservé par le « Chemin du Stade », situé derrière la Tribune Populaire.

Autres Secteurs -> Plusieurs Parkings à dispositions : Parking C.C. Géant / La Rocade, Parking C.C. Carrefour, Parking Ecole, et le nouveau Parking Mezzavia-Centre (120pl).

Ligne de Bus (TCA) : Ligne 2 – Crêtes / C