Pour ce second rendez-vous de notre nouvelle série INTERVISTA nous nous sommes posé avec Alexandre DURIMEL arrivé cet été en provenance de Bastia-Borgo.

Salut Alex, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Alexandre Durimel, j’évolue au poste de défenseur central, je suis né le 16 mars 1990. J’ai évolué à Amiens, au Dinamo Bucarest, au CA Bastia, à Sedan, à Chambly, au FC Bastia-Borgo et enfin au GFCA. J’ai également été international U20.

Tu as rejoint le Gazélec en début de saison, quelles sont tes premières impressions du club ?
J’ai eu de bonnes premières impressions, j’ai rencontré des personnes saines qui veulent le bien du club. Je suis aussi très satisfait de mes coequipiers, nous nous sommes fixés des objectifs et j’espère que nous pourrons les atteindre. Le club a su garder des structures et un fonctionnement très professionnel malgré les descentes, c’est ce qu’un joueur recherche et ce que je s’ai su retrouver ici au GFCA.

Comment penses-tu apporter ton expérience au sein de la défense gazière ?
Je pense apporter de l’expérience au niveau de mon vécu mais également de la communication, de la gestion de certaines situations. L’équipe est jeune mais il y également d’autres joueurs d’expérience, on essaye de véhiculer cette envie, d’être présents pour tous. On est également à l’écoute de tout le monde. On essaye de tirer le club vers le haut.

Toi qui as évolué dans des championnats plus élevés, que penses-tu du niveau du National 2 et que penses-tu de la capacité du GFCA a évolué dans ce championnat ?
Le National 2 a évolué, les écars se sont réduit avec les championnats plus élevés. Je pense que le GFCA n’est pas à sa place, c’est un club reconnu dans le monde du football, j’espère que nous le remettrons à sa place, c’est à nous de tout faire pour y arriver.

Tu as évolué dans 3 clubs insulaires, que penses-tu de la place du football dans la culture corse ?
Je pense que le football est prépondérant en Corse, il y a beaucoup de ferveur, d’enthousiasme et de supporters. Vibrer et faire vibrer les gens : c’est pour ça qu’on joue au football. Ce sport est vraiment populaire ici c’est important pour nous d’avoir des gens qui nous soutiennent et si on peut leur transmettre de la joie c’est d’autant plus gratifiant.